🎤Interview Mélusine Huguet 🎤

1. Si vous deviez vous présenter en quelques mots, que diriez-vous ?

 Parisienne féministe, blogueuse littéraire, autrice engagée.

2. Comment avez-vous décidé de vous lancer dans l’écriture?

J’ai toujours aimé écrire, et j’ai très souvent commencé des histoires sans jamais réellement y mettre un point final. Il y a quelques années, j’ai décidé de tirer parti d’un événement difficile de ma vie, et c’est ainsi qu’Un jour de plus de ton absence est né.

3. Que vous apporte l’écriture ?

 L’écriture m’aide à mettre des mots sur mes émotions. 

4. Où écrivez-vous? À quels moments ? Avez-vous un « rituel d’écriture »?

J’écris plutôt le soir, dans mon bureau, en silence ou avec un fond sonore. Je n’ai pas réellement de rituel d’écriture, j’essaie d’écrire quotidiennement pour ne pas délaisser trop longtemps mes personnages, mais c’est une habitude que j’ai prise récemment.

5.Quelles sont vos sources d’inspiration?

J’ai beaucoup puisé dans mon vécu pour écrire mon premier roman.

6. Connaissez-vous la fin de l’histoire quand vous commencez à l’écrire ?

Oui. C’est un élément nécessaire pour savoir où je vais. Lorsque j’ai commencé à écrire Un jour de plus de ton absence, j’ai d’abord rédigé le premier chapitre puis immédiatement le dernier.

7.Si vous deviez ne citer qu’un seul titre de roman, lequel choisiriez-vous? Pourquoi ?

Les liaisons dangereuses de Choderlos de Laclos : pour l’incroyable jeu de style d’un auteur qui a incarné la plume de ses différents personnages, pour l’intelligence diabolique de l’histoire, pour la profondeur incroyable des sentiments du trio grandiose, et pour cette fin parfaite. 

8.Un nouveau roman est-il en cours d’écriture ? Souhaitez-vous nous en parler un peu?

En effet, j’ai commencé récemment l’écriture d’un deuxième roman. Je me sens beaucoup plus assidue dans l’écriture car je sais où je vais, et surtout : je sais que j’en suis capable.

9. Avez-vous un mantra, une citation fétiche qui vous accompagne?

 La citation qui figure au début de mon premier roman : « Si tu es née avec la faiblesse de tomberTu es née avec la force de te relever »Rupi Kaur

10.Voulez-vous laisser un petit mot pour vos lecteurs ?

Un merci ému à toutes celles et ceux qui ont pris le temps de me lire, et qui viennent chaque jour me conter leur histoire. Merci pour votre confiance, merci pour vos mots, et merci de faire vivre l’histoire de Jade.

Citation

🌼 Bonsoir à tous, aujourd’hui je vous propose une citation extraite du roman Un jour de plus de ton absence de @carnetparisien paru aux éditions @lillycharleston
.
Cette citation me plaît beaucoup car elle met en avant le fait qu’aujourd’hui beaucoup abordent autrui avec des apriori, des préjugés…
.
Personne ne prête attention à personne et pourtant chaque personnalité est unique et peut surprendre chacun.
.
Prenons le temps d’accueillir ceux que nous rencontrons sans jugement.
.
Qu’en pensez-vous ? 🌼

Interview de Lucrezia Lerro

1. Si vous deviez vous présenter en quelques mots, que diriez-vous ?

Sono una scrittrice. Penso e ripenso ai personaggi dei miei libri. Sono in costante dialogo con loro. E poi, detesto le bugie. E non sopporto gli invidiosi, e la gente che non chiede mai scusa e non dice mai grazie. Che crede di saperla lunga. Siamo friabili come le foglie d’autunno, cadono, si sbriciolano. 

Je suis écrivaine. Je pense et je repense aux personnages de mes livres. Je suis en dialogue permanent avec eux. Je suis aussi quelqu’un qui déteste les mensonges. Et je ne supporte pas les envieux et les gens qui ne s’excusent jamais et ne disent jamais merci. Qui pensent tout savoir. Qui ont oublié que nous sommes friables comme des feuilles d’automne, qui tombent d’abord et s’émiettent ensuite.

2. Comment avez-vous décidé de vous lancer dans l’écriture?

è una storia lunga. Nel 1989 ho vinto il mio primo concorso di poesia. Frequentavo la seconda media, per me la caduta del muro di Berlino ha coinciso con la strada che ho intravisto, la scrittura. È stata fin dalle elementari la mia strada da percorrere. Il mio maestro Michele leggeva i miei temi in classe in quarta elementare, agli altri bambini, agli insegnanti. Momenti indimenticabili, di puro bene. Da lì non ho smesso di scrivere. 

C’est une longue histoire. En 1989, j’ai remporté mon premier concours de poésie. J’étais en cinquième, pour moi la chute du mur de Berlin a coïncidé avec le chemin que j’ai entrevu pour moi : l’écriture. Mon professeur Michele a lu mes textes en classe en CM1, à d’autres enfants, à des professeurs. Des moments inoubliables, de pur bonheur. Depuis, je n’ai pas arrêté d’écrire.

3. Que vous apporte l’écriture ?

3. Un corpo, la mia identità, la vita! 

Un corps, mon identité, la vie !

4. Où écrivez-vous? À quels moments ? Avez-vous un « rituel d’écriture »?
Da adolescente scrivevo ovunque, in libreria, su un treno, sull’Arno a Firenze, in spiaggia, al bar. In seguito scrivevo a letto. Adesso al mio tavolo di lavoro. Ma se non dovessi averlo scriverei in qualsiasi altro posto. Non ho preferenze.

Adolescente, j’écrivais partout, dans les librairies, dans un train, au bord de l’Arno à Florence, sur la plage, au bar. Plus tard, j’écrivais au lit. Maintenant, à ma table de travail. Mais si je ne l’avais pas, j’écrirais ailleurs. Je n’ai aucune préférence.

5.Quelles sont vos sources d’inspiration?

La realtà con tutte le sfumature di colore. Disumanità e umanità, sono le mie principali fonti. Inesauribili…


La réalité, dans toutes ses nuances de couleurs. L’inhumanité et l’humanité sont mes principales sources d’inspiration. Elles sont inépuisables …

6. Connaissez-vous la fin de l’histoire quand vous commencez à l’écrire ?

È una domanda difficile, dipende dal romanzo. A volte il personaggio principale mi tiene la mano per tutto il tempo e insieme decidiamo come risorgere dalle tenebre. 
C’est une question difficile,çadépend du roman. Parfois, le personnage principal me tient la main tout au long de l’écriture et c’est ensemble que décidons comment sortir de l’obscurité.


7.Si vous deviez ne citer qu’un seul titre de roman, lequel choisiriez-vous? Pourquoi ?

Non posso sceglierne uno, sarebbe un tradimento. Sono fedele per natura, e lotto per l’inclusione. 
Je ne peux pas en choisir un, ce serait une trahison. Je suis loyale par nature et je lutte pour la diversité !

8.Un nouveau roman est-il en cours d’écriture ? Souhaitez-vous nous en parler un peu?

“Certi giorni sono felice”, è appena uscito Francia per Les Éditions des Lacs, il mio editore francese è attentissimo e molto motivato nel lancio del romanzo e non può che farmi piacere. In Italia è tornato in libreria Il sangue matto, per La Nave di Teseo. Sono due libri che raccontano del desiderio di vivere una vita libera da qualsivoglia costrizione o pregiudizio. Le protagoniste sono donne che amano le donne e la luce arancio oro di alcuni giorni. 

« Il y a des jours où je suis heureuse », vient seulement de sortir en France aux Éditions des Lacs. Mon éditeur français est très attentif et se démène pour lancer et faire vivre le roman et cela ne peut que me ravir ! En Italie, « Il sangue matto » est de retour en librairies, édité par La Nave di Teseo. Ce sont deux livres qui parlent du désir de vivre une vie libérée de toute contrainte ou de tout préjugé. Les protagonistes sont des femmes qui aiment et honorent les femmes [elles se battent pour toutes], et qui aiment aussi la lumière orangée, dorée, qui nous réchauffe certains jours…

9. Avez-vous un mantra, une citation fétiche qui vous accompagne?

Capire e non giudicare.  Mi ripeto che l’inferno vissuto è lontano, che va sempre meglio. 

Comprendre et ne jamais juger. Je me répète que l’enfer vécu est désormais loin, et que la vie nous attend tous avec ce qu’elle a de meilleur.

10.Voulez-vous laisser un petit mot pour vos lecteurs ?

Tutte le volte che leggo un messaggio o un commento di un lettore mi emoziono. Le parole dei lettori sono abbracci, coccole, dolci ricavati da speciali ricette. Grazie amati lettori, miei simili, fraterni. 

A chaque fois que je lis un message ou un commentaire d’un lecteur, je suis émue. Les mots des lecteurs sont des étreintes, des câlins, des petits bonbons préparés à partir de recettes spéciales. Merci chers lecteurs, mes semblables, humains, frères et sœurs.

Citation

🌼Bonsoir à tous, je vous partage cette citation de @melissa_da_costa_auteure extraite de son roman Les lendemains que j’ai tellement aimé et dont je vous parlerai dans une prochaine chronique.
.
Moi qui ai tellement de mal à accepter l’evanescence de ce qui m’entoure, cette citation me fait réfléchir. L’acceptation est peut-être un premier pas vers l’apaisement mais certaines douleurs sont à mon avis pérennes…
.
Lorsque je n’arrive pas à accepter certaines choses, mon papa me répète souvent : « ma fille, c’est le cycle normal des choses de la vie… » alors oui cela m’apaise un peu…
.
Et vous acceptez-vous l’imparmanence des choses?🌼

Le Bonheur D’Être Auteure…

Une belle interview de mon auteure chouchou Anne-Gaelle Huon par la bibliothèque couleur pastel

LaBibliothèqueCouleurPastel - Blog Littéraire

Amies lectrices et amis lecteur bien le bonjour, je vous souhaite la bienvenue sur ce nouvel article d’interview ! Avant que je laisse la parole à l’auteure qui m’a fait honneur, j’espère que vous allez bien et que vos lectures du moment vous plaise !Bon, j’avoue, je suis tellement heureuse de vous la présenter que mon introduction ne va pas durer, place donc à Anne-Gaëlle Huon

Première question : Pouvez-vous s’il-vous-plaît vous présenter ?
Je suis l’auteure des Demoiselles, du Bonheur n’a pas de rides et de Même les méchants rêvent d’amour aux éditions Albin Michel. J’ai 36 ans et j’habite à Paris. J’aime les histoires qui nous emportent dans d’autres paysages et d’autres temps. Je suis aussi championne olympique de cache-cache.

Deuxième question : Depuis quand écrivez-vous en dehors de vos publications ?
J’écris depuis que je sais tenir un stylo. J’étais fille unique et très sensible. L’écriture…

Voir l’article original 766 mots de plus

🎤Interview Typhanie Moiny🎤

1. Si vous deviez vous présenter en quelques mots, que diriez-vous ?

Typhanie, auteure, maman, hypersensible, enthousiaste et téméraire. C’est tout moi, ou au moins une bonne partie. 🙂

2. Comment avez-vous décidé de vous lancer dans l’écriture?

 J’ai toujours écrit. L’écriture fait partie de moi depuis mon premier journal intime au début du collège. J’ai rédigé également quelques nouvelles, des débuts d’histoires maladroites. Puis, en découvrant la guitare, j’ai quitté les grandes phrases pour les rimes et l’écriture de chansons.

3. Que vous apporte l’écriture ?

 Tellement, c’est difficile à expliquer. L’acte en lui même est salvateur et guérit bien des choses. Mais il ne faut pas oublier tout le reste: les rencontres, les échanges que cela engendre et le boost que me procurent certains retours !

4. Où écrivez-vous? À quels moments ? Avez-vous un « rituel d’écriture »?

 J’ai deux espaces de travail différents. Je passe de l’un et l’autre tout au long de la journée: le bout de la table à manger, et le bar de la cuisine (je suis alors debout en équilibre sur une planche pour faire un peu d’exercice physique en même temps). Sinon, j’écris en musique avec des playlists folk ou du piano, et toujours avec une tisane au miel !

5.Quelles sont vos sources d’inspiration?

D’un côté la météo, surtout ses caprices, les changements de saisons, les éléments qui se déchaînent, les paysages reposants. D’un autre l’être humain et sa palette d’émotions et de personnalités différentes.

6. Connaissez-vous la fin de l’histoire quand vous commencez à l’écrire ?

 Lorsque j’écris, je vis (presque) la même expérience qu’un lecteur, je ne connais pas la fin, et je découvre l’évolution des personnages au fur et à mesure. J’adore cette sensation 🙂

7.Si vous deviez ne citer qu’un seul titre de roman, lequel choisiriez-vous? Pourquoi ?

 « Le pays où l’on n’arrive jamais », ce livre y est pour beaucoup dans la façon dont j’écris, aujourd’hui. Je me souviens de ce vieux livre que m’a donné ma grand-mère, une de mes premières lectures d’adulte alors que je ne l’étais pas. J’ai oublié cette histoire depuis, mais je me souviens encore des sensations: le voyage, les paysages, les émotions du personnage !

8.Un nouveau roman est-il en cours d’écriture ? Souhaitez-vous nous en parler un peu?

Je prépare actuellement la sortie de mon second roman, et en suis à l’étape de la dernière réécriture avant la correction par une professionnelle. J’ai lancé une campagne Ulule pour les pré-commandes et j’ai hâte que le lecteur découvre cette nouvelle histoire.

9. Avez-vous un mantra, une citation fétiche qui vous accompagne?

Je me dis souvent que rien n’arrive par hasard, et lorsque je suis stressée, je me force à sourire pendant dix secondes 😀

10.Voulez-vous laisser un petit mot pour vos lecteurs ?

Un grand merci à ceux qui se laissent tenter par l’autoédition, parce que c’est un mode d’édition qui demande beaucoup d’énergie mais qui est tellement gratifiant. Et un énorme merci à tous ceux qui ont déjà découvert ma plume et qui me soutiennent dans cette aventure, dont Laetitia, merci à toi !

 

Ce livre est un Ovni ou plutôt un Objet Littéraire Non Identifié,  je le referme l’angoisse collée aux entrailles. Sa lecture est un véritable paradoxe. 
  Épouvantable,  cauchemardesque mais aussi terriblement émouvant et doux.
  Liv, petite fille prise au piège par l’amour de ton père, tu auras écorché mon petit cœur de maman hypersensible. 
  Comment ne pas ressentir le besoin de te venir en aide pour t’arracher à toute cette horreur,  toi si fragile, si douce et si forte à la fois?
  J’ai haï ton père  passionné par les arbres et la résine qui en découle,  devenu fou de trop vouloir te protéger. 
  J’ai eu de la peine pour la souffrance  de ta mère incapable de  te soustraire  à ce capharnaüm de violences mais en même temps si coupable …
  Ton récit m’aura glacé le sang jusqu’aux derniers mots. Une narration complexe et originale disséminant  peu à peu des éléments plus morbides les uns que les autres à travers les différents points de vue de plusieurs protagonistes. 
   Pour une fois, je finirai par une citation extraite de ton histoire.  Pour moi, elle résume parfaitement son essence et le paradoxe des émotions ressenties  en te rencontrant au travers de ces quelques pages.

 » 𝑰𝒎𝒑𝒐𝒔𝒔𝒊𝒃𝒍𝒆 𝒅’𝒊𝒎𝒂𝒈𝒊𝒏𝒆𝒓 𝒖𝒏 𝒄𝒓𝒊 𝒑𝒍𝒊𝒔 𝒕𝒆𝒓𝒓𝒊𝒃𝒍𝒆.  𝑪’é𝒕𝒂𝒊𝒕  𝒖𝒏 𝒄𝒓𝒊 𝒔𝒕𝒓𝒊𝒅𝒆𝒏𝒕, 𝒅é𝒄𝒉𝒊𝒓𝒂𝒏𝒕,  𝒗𝒊𝒐𝒍𝒆𝒏𝒕 𝒄𝒐𝒎𝒎𝒆 𝒔𝒊 𝒐𝒏 𝒓𝒆𝒈𝒂𝒓𝒅𝒂𝒊𝒕 𝒍𝒆 𝒔𝒐𝒍𝒆𝒊𝒍 𝒆𝒏 𝒑𝒍𝒆𝒊𝒏 𝒎𝒊𝒅𝒊. 𝑪𝒐𝒎𝒎𝒆 𝒔𝒊 𝒐𝒏 𝒗𝒐𝒚𝒂𝒊𝒕 𝒆𝒏 𝒎ê𝒎𝒆 𝒕𝒆𝒎𝒑𝒔 𝒍𝒆 𝒕𝒐𝒖𝒕 𝒆𝒕 𝒍𝒆 𝒏é𝒂𝒏𝒕. »

Là où l’herbe est plus verte, @typhanie_moiny_auteure

🌼
.
Quel plaisir de voyager aux côtés de Coline !
.
Coline est une jeune femme mal dans sa peau, elle enchaîne les crises d’angoisse et ne supporte plus sa vie auprès de son conjoint qui ne fait rien pour la soutenir…bien au contraire.
.
Elle décide alors de partir en Irlande sur l’invitation d’Ashling, une jeune femme libre et très attachante.
.
Une très belle histoire de reconstruction menée par une plume douce et sensible non dénuée d’humour.
.
Un sujet qui m’est cher : apprendre à être soi et se reconstruire malgré les difficultés engendrées.
.
Des personnages riches en caractère et en émotions qui nous invitent à tourner les pages afin de connaître la suite de leur histoire.
.
Je vous préviens, une fois le nez dans ce bouquin, vous ne pourrez le refermer avant la fin !
.
Un premier roman coupbde coeur qui me rend impatiente de lire de nouveau cette plume si fraîche !
.
Alors envie de voyager en Irlande aux côtés de Coline ? 🌼

Créez votre site Web avec WordPress.com
Commencer